Le Furetière dans tous ses états

Le Dictionnaire Universel d’Antoine Furetière est un ouvrage de référence pour le début du dix-huitième siècle, mais en réalité, ‘le Furetière’, intitulé sous lequel il est souvent désigné, est davantage ‘le Basnage’.

Le Dictionnaire Universel d’Antoine Furetière est un ouvrage de référence pour le début du dix-huitième siècle, mais en réalité, ‘le Furetière’, intitulé sous lequel il est souvent désigné, est davantage ‘le Basnage’.

En effet, en parlant du ‘Furetière’ à propos du Dictionnaire Universel, les utilisateurs confondent deux dictionnaires assez différents : le vrai ‘Furetière’, écrit par le feu Abbé Furetière et publié chez Leers en 1690, et la version entièrement révisée et élargie à la demande de l’éditeur Leers par l’émigré protestant Henri Basnage de Beauval en 1701. Cependant Henri Basnage de Beauval, l’homme qui a transformé le dictionnaire en dictionnaire encyclopédique reste un lexicographe oublié. Le projet BasNum va fournir une version XML-TEI du ‘Basnage’ et illustrer les apports de cet émigré protestant peu connu du public à l’esprit encyclopédique et scientifique de la première moitié du XVIIIesiècle.

Le dictionnaire de Furetière est le fruit d’une grande controverse entre son auteur et l’Académie française. Sa publication aux Pays Bas chez Leers en 1690, deux années après le décès de son auteur, est bien documentée (Rey 2006 ; Roy-Garibal, 2006). Comme le marché des dictionnaires était porteur, et suite à la publication du Dictionnaire de l’Académieen 1694, les libraires Leers ont demandé à Basnage de Beauval de préparer une nouvelle édition afin de corriger les nombreuses fautes dans la première version. Basnage s’est attelé à la tâche avec beaucoup de sérieux, augmentant le texte de deux tiers, grâce à une refonte totale de nombreuses entrées et l’ajout de bien d’autres. Le résultat est un dictionnaire entièrement renouvelé et basé sur des sources scientifiques contemporaines. Basnage utilise les ouvrages de membres illustres de la République des lettres, et s’appuie sur un collaborateur expert pour les termes de médecine et des sciences naturelles.

Le dictionnaire de 1701 est un véritable dictionnaire encyclopédique, qui a été fortement plagié par les Jésuites de Trévoux en 1704 dans leur désir de casser ce marché lucratif pour les éditeurs protestants. Une grande partie du texte est copiée telle quelle, y compris des erreurs. Là où Basnage avait nuancé la présentation des questions religieuses, ils ajoutent des formulations antiprotestantes.

Malgré la compétition, le dictionnaire de Basnage s’avère un très grand succès. Réimprimé en 1702, il connaît une nouvelle édition en 1708, puis une autre en quatre tomes, révisés par Brutel de la Rivière en 1725-1727, qui prend ainsi le relais suite au décès de Basnage en 1710.La version de 1701 fait date et, directement ou indirectement, elle est une source d’inspiration pour d’autres dictionnaires en France et en Europe, et probablement pour l’Encyclopédie de Diderot et Alembert.

Malgré ce succès et cette influence, et probablement parce que Basnage n’a jamais substitué son nom à celui de Furetière sur la page de titre, notre auteur est resté largement ignoré par les histoires de la lexicographie française. Même dans le magistrale analyse des dictionnaires français, menée par Quémada en 1967, Basnage est peu présent. La renommée de son frère aîné, le ministre reformé Jacques Basnage, a certainement joué un rôle dans cette éclipse. Une thèse récente (Graveleau 2018) a pourtant remis à l’honneur Basnage en tant qu’auteur de plusieurs textes, éditeur de l’Histoire des ouvrages des savants  membre et éminent de l’exil français aux Pays-Bas. Malgré cette étude approfondie, Basnage le lexicographe reste mystérieux ; en absence de documents d’époque, seule une analyse approfondie de son dictionnaire nous permettra de saisir véritablement ses apports et sa méthodologie.

Dans sa préface, Basnage insiste sur l’étendue et la profondeur des changements qu’il a apportés :

On a retouché, ou refondu presque tous les articles. Il y en a peu qui soient demeurez entiers ; ensorte que si le fond est de lui, à peine pourroit-il reclamer la moitié de tout l’Ouvrage.

Il s’agit donc d’une refonte totale, non seulement en ce qui concerne la rédaction, mais aussi le fond. Basnage apporte des informations encyclopédiques et ajoute de nombreuses citations :

On ne s’est pas contenté d’une définition toute seche : car en expliquant les mots, on fait l’histoire des choses qu’ils signifient. S’il s’agit d’une charge, l’on explique quelle en est l’origine, ce quelle est aujourd’hui, & quels font les droits qui y sont attachez : si c’est un terme de Jurisprudence (Civile, ou Canonique) l’on en expose exactement l’usage dans la pratique, & les maximes generales qui s’observent encore, ou qui s’observoient autrefois.

Il continue en soulignant les changements dans les arts et les sciences et son recours aux experts pour les domaines qu’il ne connaissait pas :

Je ne mets pourtant pas sur mon compte les articles d’Algèbre. Cette science m’est inconnue. Je ne m’approprie point non plus ce qui regarde la Medecine, l’Anatomie, la Pharmacie, la Chirurgie, & la Botanique. Je n’ai point voulu me fier à moi-même là-dessus. Un habile homme s’en est chargé.

En marge, une note précise qui est cet « habile homme » : « Mr. Regis, Medecin à Amsterdam ».

Un des difficultés pour prendre la mesure de l’apport de Basnage réside dans la taille du dictionnaire, qui n’est pas facilement analysable manuellement. Il faut donc  numériser le texte, pour pouvoir le manipuler par ordinateur. Une première tentative a été réalisée en SGML à la fin des années ‘90, mais sur une version publiée en 1702 (Wionet & Tutin 2001). Seulement la lettre D a été saisie et le document électronique qui en a résulté n’est pas publiquement disponible. Le projet Basnage a dû donc redémarrer à zéro, avec le balisage de la lettre C en profondeur. Actuellement, les chercheurs du projet BASNUM, rattachés aux universités de Grenoble, de la Sorbonne Nouvelle et à l’Inria, sont en train de préparer une version XML/TEI de l’ensemble du texte. L’édition sera entièrement gratuite et en libre accès ; elle se fonde sur l’édition de 1701, et sera enrichie par une analyse et balisage des entités nommées.

Le projet BasNum n’est pas simplement le mise à disposition d’un dictionnnaire, mais une exploration de l’œuvre lexicographique de Basnage de Beauval, de ses sources et des dictionnaires qui l’ont suivi et précédé. Le travail permettra une analyse fine de l’apport terminologique du Dictionnaire Universelde 1701.  L’indexation des documents et des personnes sources aidera à placer le DU en tant que produit majeur de la République de Lettres et rendra justice à son auteur, Henri Basnage de Beauval.

Graveleau, Sara. 2018. « “Les hérésies sont d’utiles ennemies”. Itinéraire d’Henri Basnage de Beauval (1656-1710), avocat de la République des Lettres et penseur de la tolérance civile. » Angers: Université d’Angers.

Quémada, Bernard. 1967. Les Dictionnaires du Français Moderne 1539 – 1863. Paris: Didier.

Rey, Alain. 2006. Antoine Furetière : Un précurseur des Lumières sous Louis XIV. Paris: Fayard.

Roy-Garibal, Marine. 2006. Le Parnasse et le Palais. L’ouevre de Furetière et la génèse du premier dictionnaire encycloédique en language française (1649-1690). Paris: Honoré Champion.

Wionet, Chantal, et Agnès Tutin. 2001. Pour informatiser le Dictionnaire universel de Basnage (1702) et de Trévoux (1704) : Approche théorique et pratique. Paris: Honoré Champion.

Dictionnaire universel de Basnage

L’objectif de ce carnet est de réunir les contributions des chercheurs travaillant sur la numérisation et l’analyse du Dictionnaire universel (DU) par Antoine Furetière, dans son édition de 1701 réécrite par Basnage de Beauval. L’objectif principal de ces travaux est de mieux identifier le rôle de cette oeuvre dans l’évolution des sciences et des mentalités au XVIIIème siècle, mais aussi de contribuer plus largement à la création d’outils numériques innovants dans le domaine de l’encodage et de l’analyse de données textuelles numériques.
Les travaux présentés ici sont en particulier liés au projet ANR BASNUM (2018-2021).